Home Psychologie Vous pensez-vous connaitre ? Eh bien, vous avez tort … Aperçu de...

Que diriez-vous d’en apprendre plus sur vous-même ? Actuellement, vous êtes pleinement conscient de vos actes. Mais, lorsque vous rêvez, que se passe-t-il ? Qui est aux commandes?

Aujourd’hui, je vous propose un zoom sur l’inconscient, cette autre partie de vous …

Mais, dans cet article, on se détache de l’enseignement habituellement donné aux hypnotiseurs, pour se concentrer plus sur la psychanalyse.

Expliquer ce qu’est l’inconscient n’est pas facile, au vu du nombre de définitions existantes. Philosophes, psychologues, thérapeutes, hypnotiseurs, chercheur … Chacun donne sa version de ce qu’est l’inconscient.
Des versions qui se complémentent ou s’opposent …

Petit tour d’horizon de deux chercheurs, qui ont marqué l’histoire de la psychologie à travers leurs visions des choses : Sigmund Freud et Carl Jung.

Freud, le Père de l’inconscient

C’est lui, Sigmund Freud qui va mettre en évidence la structure de l’inconscient. Non pas qu’il l’ait découvert, certains avant lui avaient déjà deviné que certains phénomènes échappaient à notre contrôle et à notre conscience. Mais c’est Freud qui va montrer que c’est notre inconscient qui constitue notre psychisme humain.

Votre appareil psychique

Freud fait la distinction entre le ça, le surmoi et le moi.

  • Le ça correspond aux pulsions refoulées, il nous demeure complètement inconscient.
    Le ça est principalement régi par nos pulsions. Les pulsions sont des forces qui vont chercher à se réaliser. Freud en distingue deux sortes :

      1. Les pulsions de mort
      2. Les pulsions sexuelles, de vie : la libido.

    Les pulsions et les désirs refoulés, ce sont eux qui vont ressurgir sous une forme ou une autre dans les actes manqués, les rêves ou encore au travers de symptômes.

  • Le surmoi, est l’intériorisation des forces sociales et de l’éducation, l’intériorisation des règles, de l’autorité, de la société et qui équivaut au principe de la réalité, à notre conscience morale.
    Il est votre force de censure, inconscient aussi.
  • Le moi se retrouve coincé entre ces deux instances contradictoires : il est votre partie consciente, en surface seulement.
Freud - Inconscient

Sigmund Freud

Une théorie freudienne controversée

Carl Gustav Jung s’opposera à la vision de l’inconscient que peut avoir Freud en montrant qu’il existe au-delà de notre inconscient, un inconscient collectif constitué d’archétypes.
Pour en savoir plus sur le principe d’inconscient collectif, suivez le guide.

Jung utilisera le terme d’ombre pratiquement en lieu et place de l’inconscient.

Pour Jung, ce que nous prenons pour nos conditionnements individuels sont en fait soumis à des conditionnements d’ordre collectif.
Il considère que tout ce qui n’est pas conscient appartient à l’inconscient.

D’ailleurs, il ne partage pas l’importance capitale qu’accorde Freud à la sexualité et au complexe d’Oedipe à l’oeuvre dans notre psychisme.

Pour beaucoup, Freud aura trop insisté sur la nature psychique de la sexualité en mettant celle-ci à toutes les sauces. Jung lui s’intéressera davantage à la part ésotérique de notre vie.

Jacques Lacan poursuivra dans la continuité de Freud les théories psychanalytiques, mais il montrera de façon singulière que « L’inconscient est structuré comme un langage« , sa célèbre maxime.
On y reviendra dans un prochain article, car sa manière de voir les choses est très intéressante notamment avec son approche Réel – Symbolique – Imaginaire.

Un inconscient et différentes manifestations

C’est bien votre inconscient qui parle à votre insu dans vos rêves, mais aussi au travers de vos lapsus, lors d’actes manqués.

Le rêve

Le rêve est la manifestation suprême de votre inconscient.

Que se passe-t-il lorsque vous rêvez ?
Note : tout le monde rêve, même si vous ne vous en souvenez pas. Même les chats rêvent…de souris, d’oiseaux !

Selon Freud, lorsque vous rêvez, c’est comme si se manifestait en vous une langue étrangère qu’il faudrait interpréter.
Le rêve exprimerait des désirs inconscients qui à l’état de veille ne peuvent pas se dire parce que sous l’effet de la censure de votre conscience (votre moi).

Votre rêve se présenterait sous la forme d’un double contenu, un premier qui raconte une histoire plus ou moins cohérente et un second contenu, latent lui, et qui a besoin d’être déchiffré.

Il existe un certain nombre de livres sur l’interprétation des rêves, dont un de Freud.
Cette théorie est intéressante, même si je ne la soutiens pas. Je rejoins plutôt la pensée que le rêve ne serait qu’un défouloir de l’inconscient, où il trie tout ce qui a été appris dans la journée.

Il y parlerait son langage, incompréhensible pour le conscient. Mais, en lui demandant simplement avec l’auto-hypnose, il peut vous donner la traduction …

Les lapsus

Un lapsus est par exemple, lorsque vous dites le contraire de ce que vous pensez.

Vous dites à quelqu’un « Restez debout, je vous prie ! » mais c’est peut-être bien ce que vous pensez profondément …
Et que vous n’auriez pas osé dire sans ce lapsus.

Peut-être bien que réellement vous n’aimez pas la personne et que vous voulez qu’elle reste debout. Cette phrase témoignera ainsi de votre désir profond …
En suivant la théorie de Freud, le lapsus serait un désir provenant du ça, mais qui serait passé sous le radar du moi, lors d’un moment d’inattention ou de relâchement.

Ces lapsus sont souvent la cause de moment gênant … Ou amusant selon votre point de vu !
Le petit bonus de cet article : un top des meilleurs lapsus politiques de 2012 … Cliquez ici.

Les actes manqués

Eux viennent tout droit de votre inconscient. Vous allez faire tout le contraire de ce que vous pensez avoir envie de faire. Vous allez par exemple oublier un rendez-vous, le nom d’une personne…

Les symptômes

Les symptômes sont aussi la manifestation même de l’inconscient.

Ils sont la manifestation d’un désir qui cherche à l’insu de votre moi conscient à être satisfait.
Mais comme le désir ne peut pas s’exprimer clairement, il va être déformé et c’est sous la forme d’un symptôme qu’il va se traduire.

C’est ce que l’on retrouve dans les névroses.

Pour bien illustrer, j’ai envie de reprendre une anecdote d’un ami thérapeute : une cliente avait la migraine tous les dimanches. Une migraine chronique …
Sans avoir besoin d’aller fouiller très loin, le thérapeute s’est rendu compte qu’elle mangeait avec sa belle-mère tous les dimanches …

Parfois, il est inutile d’aller chercher bien loin ;-)

La psychanalyse, une science de l’inconscient

C’est vers la fin du XIXème siècle que la psychanalyse a pris naissance dans les travaux expérimentaux de Freud, à la suite de Charcot qui traitait les patientes concernées par l’hystérie par l’hypnose.

Anna O fut le premier cas traité par la psychanalyse.
Cette jeune femme souffrait de paralysies, de cécité, et au travers d’un état hypnotique, elle réussit à se souvenir dans quelles occasions ses symptômes étaient apparus; c’est alors qu’elle fut guérie de ses symptômes.

Freud utilisa cette technique pour traiter ses malades, mais il l’abandonna rapidement en lui reprochant de n’être pas un traitement durable. Il formula alors une nouvelle méthode : la psychanalyse.

Celle-ci se base sur une règle fondamentale dans l’analyse thérapeutique : tout dire, laisser libre cours à ses associations de pensées, appelées associations libres.
Ainsi, le patient va pouvoir ramener à sa conscience des souvenirs qu’il avait enfouis et qui sont à l’origine d’un certain nombre de ses traumatismes. Le thérapeute va interpréter la cohérence des souvenirs du patient, ses rêves, ses silences… et ainsi libérer les blocages existants chez le patient.

Quelques mots à propos de l’hypnose et la psychanalyse :

Le retour en force de l’hypnose dans la France est en effet dû aux superbes résultats que l’on obtient désormais.

Pourquoi est-ce que Freud a préféré abandonner l’hypnose ? Le courant de l’époque était bien trop directif : les hypnotiseurs ne se concentraient que sur les symptômes, qu’ils pouvaient faire disparaitre, mais pas sur leur cause.Et encore moins sur l’harmonisation inconscient – conscient …

D’où le retour de ces symptômes sous une autre forme. Désormais, les hypnothérapeutes travaillent plus en profondeur, et ne se contentent plus que des symptômes. D’où l’avantage que prend désormais l’hypnose thérapeutique sur la psychanalyse …
Merci Milton Erickson.

Paul Valéry dit que la conscience règne, mais qu’elle ne gouverne pas. Pertinent, non ?