Home Non classé Pourquoi Je Suis Un Vendeur de Rêve … Et Que Je l’Assume...

J’avais prévu de poster cet article lundi prochain, mais Cédric de Virtuose Marketing et Yvon de Copywriting Pratique en ont parlé de leur article d’hier, il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud.

Dans les lignes qui suivent, vous allez comprendre pourquoi je suis un vendeur de rêve, et surtout pourquoi je revendique le fait d’en être un. Mais avant, laissez-moi vous raconter l’histoire banale d’un homme …

Il était une fois … Un gamin qui rêvait. Tout le temps …

Ce gosse était un enfant ordinaire quoi que plutôt chanceux.

Il est né dans une bonne famille, avec une mère et un père qui l’aiment plus que tout et subviennent à ses besoins. Il a aussi un gentil grand frère, toujours là pour l’aider, jouer avec lui et lui faire découvrir la vie.
Bref, il a tout pour être heureux.

Toujours bon élève à l’école, il a quelques amis proches avec lesquels il joue aux jeux-vidéos et discute de films ou de livres de fantastique à toutes les récréations.
Il lit aussi beaucoup. Il s’imagine souvent dans la peau d’un héros, tantôt un chevalier qui sauve des princesses, après un des chefs d’une tribu qui doit survivre à l’apocalypse.

Mais, il avait aussi d’autres rêves plus en rapport avec notre réalité comme celui d’être responsable d’un énorme parc naturel ou encore de devenir un sportif de haut niveau ….

Vendeur de Rêve

En fait, chaque personne qu’il croise, chaque livre et même parfois une simple image d’un t-shirt va l’inspirer pour rêver.
Rêver, il en a besoin pour sortir de sa vie trop confortable.

Il ne se passe pas un jour sans qu’il ne s’évade pendant plusieurs heures.
Et même dans ses moments d’attention, il n’est jamais trop loin de dériver vers ses autres mondes qu’il a créé.

Jusqu’au jour où vivre de cette manière n’était plus possible.
Plus il grandit, plus il doit ranger l’imaginaire d’un côté, et le réel de l’autre.

Mais, plus il fait la distinction, et plus il a envie de se réfugier uniquement dans les scénarios dont il est à la fois le metteur en scène et l’acteur principal.

Donc plus il se coupe de l’autre monde, celui qu’il partage normalement avec les autres.

Le temps passe et ses notes s’en ressentent. De très bon élève, il devient moyen …
Lui, il ne se rend compte de rien. Il continu de vivre dans son monde.

Jusqu’au jour où il voit une personne qu’il avait croisé dans la rue en bas de chez lui – de six ans son aîné – devenir un sportif de haut niveau.
Ce jour là, un de ses multiples rêves enfoui quelque part s’est mis à briller …

Et si ce rêve pouvait devenir réel ?

Après tout, s’il l’a fait, pourquoi pas moi ?

Ce petit germe est devenu une obsession. Une obsession qu’il a tout fait pour réussir. Et qu’il a réussi, cinq ans après cette prise de conscience.

Cette obsession lui a montré qu’un rêve pouvait devenir réalité … Pourvu d’y mettre assez de volonté.

Il a mis de côté ses rêves de fantastiques, de dragons et de chevaliers pour se concentrer uniquement sur ceux que d’autres avaient déjà réussi avant lui. Des rêves qui lui apporteraient autant de plaisir si ce n’est plus …

La suite de l’histoire est que cet enfant désormais adulte reste toujours un enfant. Mais un enfant qui a du succès.Il continu de rêver, cette habitude ne le quitte pas.
Mais il en a développé une autre : celle d’atteindre ses rêves.

Qu’ils soient à un niveau relationnel, financier ou d’épanouissement personnel, un certain nombre a été atteins. Tandis qu’il travaille encore sur les autres …

Tout ça il l’a atteint grâce à des gens qui lui ont donné des rêves.

Les livres de fantastique et les films ont entretenu sa capacité à rêver.
Mais, aussi grâce à toutes ces personnes qui lui ont vendu des rêves. Que ce soit à travers de leurs stages de développement personnel, ou à travers un travail thérapeutique.

Mais plus que leurs outils, c’est leurs histoires qui ont été les plus utiles.

Ces histoires ont alimenté son inconscient, encore plus que les méthodes proposées.
Je ne dis pas que ces méthodes sont inutiles, mais qu’elles ne sont que des raccourcis parmi d’autres. La véritable clé s’est trouvée dans le fait que eux ont réussi.

Certains disent que je suis un vendeur de rêve. Eh bien, c’est vrai.
Mon histoire fait partie intégrante des méthodes que je vends.

Car c’est comme ça que j’ai atteins mes propres rêves, en l’achetant.

Les méthodes seront toujours incomplètes.
Malgré tous les efforts mis en place par le créateur, votre situation actuelle sera toujours différente à la sienne, et vous devrez toujours l’adapter. Voir la grouper avec d’autres.

Mais c’est à travers son histoire que vous garderez votre ambition intacte.

Si je vends des rêves, c’est aussi pour une autre raison …

Puisque je parle avant tout de mentalisme sur ce blog, je me dois de vous faire une comparaison avec l’hypnose.

Lorsque vous hypnotisez quelqu’un, vous agissez en quelque sorte comme un guide . Quelque soit la méthode d’induction utilisée, vous donnez des suggestions à son inconscient.
Suggestions qu’il interprète toujours à sa manière.

Pour que votre induction fonctionne, l’inconscient doit interpréter la suggestion de la manière dont vous le souhaitez. C’est-à-dire que si vous voulez mettre votre sujet en transe profonde, il ne s’agit pas que de claquer des doigts et lui dire « Dors« .

A moins que vous ne soyez un pro de l’interruption de pattern, le résultat sera simple : il ne se passera rien.

Vous devez commencer par préparer l’inconscient, pour qu’il comprenne ce que vous attendez de lui.

  • En hypnothérapie, le patient se renseigne bien souvent sur l’hypnose avant de consulter. Mais, il y a toujours un moment où le praticien va lui expliquer – à travers ses mots – ce qu’est l’hypnose et comment ça marche.
  • En hypnose de rue, on fait ce que les anglais appellent un pre-talk, où l’on parle avec le sujet pour lui faire comprendre que l’hypnose est sans danger, et qu’au mot « Dors », tout ses muscles vont se détendre.
  • En spectacle, les gens vont se trier sur le volet rien que par le fait d’acheter le ticket, ils savent déjà à quoi s’attendre. Mais bien souvent, on en ajoute une couche par dessus.

Dans tous ces cas, on prépare l’inconscient.

Lorsque l’on vend un produit, on procède de la même manière. On explique à quoi sert le produit, et comment il va aider le client.
De cette manière, on motive le client à aller plus loin, on s’efforce de rendre sa vision plus claire.

Sans exposer l’histoire et faire rêver les gens, aucun produit ne peut donner de résultats.

Voilà pourquoi je suis fier d’un un vendeur de rêve.
Et que j’ai toujours été heureux d’en acheter …

Image credit: alekuwka83 / 123RF Stock Photo