Home Influence Les 6 Manière De Structurer Son Temps En Analyse Transactionnelle

L’analyse transactionnelle (AT) est une théorie fondée entre 1950 et 1960 par le médecin psychiatre Eric Berne.
Le médecin américain adepte des travaux de Freud base sa théorie sur la relation de la structure psychologique et de la communication considérant que l’une et l’autre interagissent entre elles perpétuellement.  L’AT se veut être un outil permettant une meilleure connaissance de soi et des autres en prenant conscience de « ce qui se joue ici et maintenant » dans les relations inter et intra-individuelles.

L’un des outils dans l’outil est une grille de lecture permettant la compréhension d’un point de vue relationnel basé sur le temps. E. Berne a observé et recensé 6 moyens de structurer le temps dans la façon d’être en relation avec l’autre.

  1. Le retrait
  2. Le rituel
  3. Le passe temps
  4. L’activité
  5. Les jeux
  6. L’intimité
analyse transactionnel

Le temps est-il au beau fixe ou plutôt maussade dans votre vie ?

Pour illustrer cette structure du temps, prenons l’exemple d’une rentrée de vacances estivales au sein d’une société.

9 heures devant la machine à café :

En arrivant, certains se serrent la main :
« Bonjour, comment allez-vous ? »,
« Bien et vous ? » (2),

Mais certains nouveaux membres, inconnus pour l’instant encore, préfèrent rester à l’écart et ne se présenter que lors du tour de table (1). Certains, qui ne se connaissent pas encore bien, discutent entre eux :
« Quel bel été ! »,
« C’est vrai que l’année dernière le mois d’août avait été pluvieux»,
« Ne m’en parlez pas, toutes mes vacances ont été gâchées » (3).

D’autres encore qui se connaissent depuis longtemps et ont d’autres occasions de se voir en dehors du travail:
« Toujours ok pour ce week-end ? Je viens te prendre avec la remorque ?»,
« Oui, super on passe chercher le nouveau barbecue, on le ramène et bingo. Vivement la fin de la semaine » (4).

Le responsable de la section croise son adjoint :
« Alors votre présentation est-elle prête ? »,
« Oui, cela n’a pas été simple, j’y ai passé tout le week-end mais c’est prêt »,
« Très bien, mais j’ai réfléchi, finalement vous ne la ferez pas, je crains que cela soit encore un peu prématuré » (5).

Le responsable se retourne et fait un léger signe d’approbation de la tête à une collègue qui n’a rien loupé de la conversation.(6).

#1 Le retrait :

La personne se retire en elle-même par la pensée et l’imagination, seule ou au milieu d’un groupe.

#2 Le rituel :

Ce sont tous les échanges hautement ritualisés qui n’apportent que peu d’informations, où chacun sait comment il doit se comporter et quel sera le comportement des autres. Les transactions sont simples et stéréotypées : “Bonjour”, “Au revoir”, “Comment allez-vous ?”, “Bon week-end”… Il permet socialement des “contacts de subsistance” répétitifs et indispensables pour obtenir quotidiennement sa part minimum de signes de reconnaissance.

#3 Le passe temps :

Il s’agit d’un échange sans objectif précis excepté celui de passer le temps pendant une heure avec des personnes qu’on ne connaît pas vraiment. Les rôles sont bien répartis et tout le monde est d’accord. Les thèmes dépendent des groupes sociaux. Exemples : de mon temps…, mes vieilles douleurs, la politique, les voitures, les soldes, les dernières vacances…

#4 L’activité :

Elle est toujours orientée vers un but et vise un résultat : sport, travail… Les transactions sont le plus souvent complémentaires. L’activité implique le risque d’échouer et la satisfaction de réussir (le résultat est mesurable), elle est donc bonne pourvoyeuse de signes de reconnaissance conditionnels.

Le Je dans le jeu

#5 Les jeux :

Le jeu met en scène deux partenaires ou plus, obéit à des règles précises, se compose d’une série de “transactions cachées”. Il se déroule selon un schéma répétitif et non maîtrisé par “les joueurs”. Un jeu peut durer quelques secondes ou plusieurs mois. Il est mis en place dès l’enfance. Le bénéfice peut aller de la simple égratignure psychologique au conflit grave.

Les avantages des jeux à court terme:

  • Ils permettent d’éviter la relation d’intimité
  • Ils procurent des signes de reconnaissance, même si ceux-là sont négatifs
  • Ils permettent de se rassurer dans un monde imprévisible
  • Ils renforcent, justifient et protègent l’intégrité de sa position de vie et de son scénario.

Les étapes du jeu:

  1. amorce
  2.  point faible
  3.  réponse
  4.  coup de théâtre
  5.  confusion
  6.  bénéfices négatifs

#6 L’intimité :

Il s’agit d’une relation dans laquelle chacun se sent accepté pour ce qu’il est et encouragé à s’épanouir. Elle implique un véritable intérêt pour l’autre, et se ressent plus dans l’ambiance que dans les échanges eux-mêmes : on peut ne pas être mais ce n’est jamais grave car c’est une situation de vérité, de transactions franches et directes entre les personnes.

A vous de jouer maintenant laissez trainer vos oreilles et vos yeux afin de travailler votre structure du temps et relevez les transactions qui s’opèrent autour de vous..