Home Influence La Proxémie ou comment les boulangeries vous manipulent …

À l’heure où j’écris ces lignes, je suis sur Auckland. Auckland est la plus grande ville de Nouvelle-Zélande avec près d’un million six cents milles habitants.
Ce n’est pas Londres ou Paris, mais pour quelqu’un comme moi, né dans une toute petite ville la taille parait déjà énorme.

Il y a une chose qui me dérange toujours dans ces villes : la proximité avec les gens.

Tout le monde est tellement serré dans la rue comme dans les transports en commun, j’ai l’impression d’être dans une boite de sardines à l’huile …
Mais, un de mes amis Parisiens n’a pas du tout cette sensation. Au contraire, il s’y sent très bien, et ne changerait de ville pour rien au monde.

Comment se fait-il  que nos deux ressentis soient si différents ? On va chercher la réponse avec la proxémie
Pour faire simple, la proxémie est une discipline qui a pour rôle d’étudier comment l’homme perçoit et utilise l’espace lorsqu’il communique.

Donc, lorsque l’on parle de proxémie, on désigne la distance physique et les relations spatiales qui s’établissent entre différents individus.
Avant de rentrer concrètement dans le vif du sujet, un peu d’histoire …

Edward T. Hall et la proxémie

Edward T. Hall, anthropologue, est à l’origine du terme proxémie.

Il s’intéressait à la relation dans la communication, et étudiait la distance physique entre les sujets.
Par exemple, le comportement que vous allez adopter en parlant avec vos parents n’est pas le même que celui que vous entretenez avec votre supérieur hiérarchique au travail.

Selon les circonstances, la distance avec votre interlocuteur varie.

C’est en formant des américains pour le service en outre-mer que Hall se rend compte de la manière dont l’homme structure le temps et l’espace. En fait, le temps et l’espace sont une façon de communiquer.

Lors d’une expérience, il s’aperçoit d’un certain malaise chez les Américains.
En effet, quand les populations locales leur parlent, ils considèrent qu’elles sont trop près d’eux.

A contrario, le fait que les Américains se reculent pour parler témoigne, selon les locaux d’une certaine froideur et d’un désintéressement.

Hall en déduit que dans les relations entre personne, les rapports à la distance sont différents d’une culture à l’autre.

Dans les pays latins par exemple les distances entre les personnes sont courtes et le contact physique est facile, alors que dans les pays nordiques, les distances entre personne lorsqu’elles communiquent sont beaucoup plus grandes.

Dans notre cas précédent, j’ai grandi dans une toute petite ville avec de l

Cependant, s’il y a des variations entre les différentes populations, l’organisation globale de l’espace reste relativement la même pour tous les individus.
Leurs rapports aux autres s’établissent aux moyens de ce qu’on appelle des sphères de proximité.

Différentes sphères de proximité pour chaque étape d’une relation

Dans les pays occidentaux, on distingue traditionnellement quatre types de sphères. Votre comportement va varier selon celle dans laquelle vous interagissez :

  • La sphère intime : elle qui suppose soit un contact, soit un rapport à l’autre situé entre 15 et 45 cm. C’est en général la distance qui est réservée pour les contacts intimes avec votre partenaire ou vos enfants.
  • La sphère personnelle : elle englobe les rapports qui ont lieu entre 45cm et 1,2 m. Elle suppose un lien d’affection pour les personnes, c’est par exemple la distance que vous adoptez lorsque vous êtes en pleine discussion avec vos amis.
  • La sphère sociale : c’est celle où il y aura une distance de 1,2m à 3,6 m entre vous et les autres personnes. Elle intervient en particulier dans les relations avec vos collègues de travail, votre patron, des connaissances.
  • La sphère publique : avec plus de 3,6m, c’est lorsque vous prenez la parole en public lors d’une réunion, ou en classe.

Bien qu’on parle de sphère, elles n’en ont pas vraiment la forme.
Considérez les plutôt comme des ovales situés devant la personne, voilà un schéma pour illustrer mes propos :

 

proxémie
Source : Université de Lyon

 

Comment les boulangeries vous manipulent

Tout à l’heure, je me baladais dans le centre-ville.
J’ai commencé par voir un panneau où était écrit « A la tour Eiffel – Bakery ».

Je m’approche, est j’entends du Edith Piaf, c’est assez original d’entendre ça à Auckland …
Puisque c’était sur ma route, j’avance et là une délicieuse odeur de pain à peine sorti du four me prend les narines. Un régal …

J’arrive devant, et me retrouve avec différentes sortes de pains, et tout un tas de pâtisseries juste sous mes yeux … Juste au réveil, c’était simplement impossible de résister.

Voilà un excellent exemple de marketing associé à la proxémie. On fait une escalade graduelle des différentes sphères.
Dans ce contexte-là, on ne pouvait pas goûter. Mais, dans certains magasins, le vendeur arrive juste à votre sphère intime de cette manière.

Le tout est d’y aller par pallier. Une fois que le vendeur arrive à toucher cette sphère intime, l’achat est presque conclu …

La proxémie ne s’arrête pas aux sphères de proximité, loin de là ! Suivant la situation, un placement de diagonale, en face ou sur le côté influence différents états d’esprit.