Home Hypnose Et Si la Rupture de Pattern N’Existait Pas ? L’importance de l’Imagination

Cet article s’inscrit dans la continuité de celui-ci.
Lisez, et comprenez pourquoi la rupture de pattern n’est pas la bonne définition pour l’hypnose. Et surtout, pourquoi l’imagination est la seule chose qui importe.

Lorsque j’ai commencé l’hypnose, on m’a dit que c’était un état modifié de conscience, un état de transe hypnotique. On m’a aussi parlé de méthode qui permet d’obtenir cet état, des méthodes appelées inductions.

Ensuite, on m’a expliqué qu’il existe différentes manières de faire ces inductions : des manières plutôt douces qui peuvent prendre un petit peu de temps, et ce qu’on appelle la rupture de pattern. Plus brutale, mais plus rapide.

Pour ces ruptures de patterns, on m’a dit qu’il fallait respecter un certain timing, on m’a même donné un hypno-script à sortir à toutes les sauces (ce texte que l’on apprend par cœur et que l’on récite après pendant la séance).

Ensuite, on m’a dit qu’il fallait que j’ai confiance en moi. Que même si j’étais angoissé à l’idée de me louper, il fallait que je fasse comme-ci j’étais sûr de moi.

Enfin de compte, c’était de loin le meilleur conseil que j’ai pu recevoir de mes mentors.

Tout est hypnose …

C’est la première chose que vous devez comprendre.
Personne n’est capable de se mettre d’accord sur ce qu’est précisément l’hypnose.

De mon côté, je pense que tout est hypnose à différents degrés. Chaque chose que vous voyez, que vous entendez et même que vous sentez est une suggestion envoyée à votre cerveau.
Toutes ces suggestions passent par des filtres, qui vont les trier et les accepter plus ou moins facilement.

L’hypnose comme elle est vue par la croyance populaire n’est qu’une hypnose qui inhibe différents filtres, et fait passer certaines suggestions. Suggestions qui ne seraient pas toujours acceptées dans un état habituel.

On parle donc juste de différents états de suggestibilités.

Maintenant, imaginez que ces degrés ne dépendent que d’une seule phase : l’imagination.
Toutes les suggestions ne prendraient forme qu’à travers votre imagination, ou celle du sujet.

L’Imagination : la seule chose qui nous importe

Le principe de l’hypnose impromptue ne serait que de stimuler cette imagination, jusqu’à ce qu’elle prenne assez d’ampleur pour que les suggestions passent aisément.

Développer l’imagination en développant le cadre

La suggestion « Dors » dépendrait donc de la puissance du cadre que vous avez placé, et pas d’une quelconque rupture de pattern. Le choc ne serait pas là pour créer une confusion conscient / inconscient mais il agirait plutôt comme un signal, un déclencheur.

Pour rappel, un cadre est le contexte d’une interaction. Par exemple, le cadre que vous devez créer lors d’une séance d’hypnose est d’abord de définir les rôles (vous êtes l’hypnotiseur, un véritable hypnotiseur), et de créer l’attente chez le sujet.

Lors de l’introduction, la seule chose qui doit comptait pour vous est de mettre en place un cadre adapté.
En général, on dit qu’il faut rassurer le sujet sur ce qu’il va se passer, mais la seule chose qui importe vraiment est de faire travailler son imagination et ses attentes.

Le schéma classique d’une séance d’hypnose est celui-ci :

  1. Pre-talk
  2. Induction
  3. Expérimentation
  4. Réveil

Dès le Pre-Talk (que j’aime appeler introduction), on met en place le cadre hypnotique. C’est-à-dire que vous commencez dès maintenant à créer l’attente, et à faire travailler l’imagination du sujet.

Pas besoin d’y passer trop longtemps. À partir du moment où vous vous présentez avec élégance comme étant hypnotiseur, et que la personne accepte d’essayer, on est bon !

Dès que la personne accepte, considérez le Pre-Talk comme étant fini. Elle est entrée dans votre cadre, c’est l’essentiel.

Ensuite, vous procédez à votre induction. Que vous pensez l’induction réussit ou non, ça n’a pas d’importance. La seule chose qui compte est que le sujet agisse en rapport avec le cadre, ou qu’il croit agir en concordance avec.

Agir ou croire agir en rapport avec le cadre est pareil

Lorsque la commande « Dors » est placée, le sujet ferme les yeux, et se relaxe entièrement. Mais, c’est rare qu’il soit vraiment parti.

En règle général, il garde une certaine conscience et c’est pour cette raison que vous devez enchaîner de suite sur l’approfondissement.

De cette manière, vous lui montrez que tout est OK, et que tout a bien fonctionné. Vous le maintenez dans le cadre.

En fait, quelle que soit la réponse du sujet, votre objectif est de le maintenir dans le cadre. Même si la personne vous rit au nez parce qu’elle pense que vous avez échoué, vous pouvez la ramener dans le cadre.

À ce sujet, je vous raconterais bientôt l’histoire d’une séance avec une amie. Je l’ai hypnotisé pour lui faire croire qu’elle était une pilote de course célèbre, et elle s’est mise à me rire au nez, et devant mon public.
Avec quelques suggestions, j’ai réussi à retourner la situation pour la faire revenir dans mon cadre. Elle s’est calmée, et s’est mise à jouer le jeu.

C’était un sacré moment de tension ! On y reviendra …

Au cours de l’expérimentation, certaines personnes suivront vos suggestions sans problème particulier. Les catalepsies, etc., tout va parfaitement s’enchaîner.
Une fois que la séance sera finie, elles vous diront que ça n’a pas vraiment marché, qu’elles pouvaient arrêter à tout moment.

Dans ce cas-là, recadrez-les ! Si elles le pouvaient vraiment, alors pourquoi ne l’ont-elles pas fait ?

Ce que j’aime avec ces personnes est que vous pouvez aussi jouer le jeu de la confusion. J’aime bien sortir quelque chose comme :

« Est-ce que vous ne faisiez pas que croire que vous pouviez ? Et si vous y croyiez à ce moment, peut-être que vous n’y croyiez pas avant ? Ou peut-être que vous n’y pouviez pas, en pensant que vous pouviez ? »

Faites-le avec de l’aplomb, si votre cadre d’hypnotiseur qualifié a été bien placé, ça passe comme dans du beurre …

Image credit: pinkynoise / 123RF Stock Photo

Vous allez aussi aimer ...