Home P.N.L. Les 8 « pièges » de votre cerveau que vous pouvez éviter avec la...

Le cerveau est un outil incroyable. La dernière fois, on a abordé son organisation. Mais, vous devez savoir qu’il peut aussi vous mener dans certains pièges, notamment en communication.

À travers la PNL, vous allez voir 8 pièges de votre cerveau à éviter dans toute communication à travers 8 présupposés …

Histoire de la PNL en deux minutes …

La Programmation Neuro Linguistique (PNL) est une méthode visant à améliorer ou faciliter la communication avec les autres et soi-même.

Pour la petite histoire, dans les années 1970, en Californie, le Dr John Grinder, linguiste, est fasciné par l’aisance qu’a Richard Bandler, informaticien et mathématicien, à reproduire les talents et les comportements de ses semblables.
De cela, vient le questionnement de Grinder, « Comment arrive-t-il à de tels résultats ? ».

Et plus généralement « Comment certaines personnes arrivent-elles à communiquer avec des cas difficiles, comme celui d’un grand malade » alors que ce dernier reste hermétique à grand nombre.

Le fondement de cette méthode repose sur la modélisation, c’est-à-dire l’observation de ceux qui réussissent et du « Pourquoi ça marche ?«  plutôt que de son inverse.

Ces initiateurs de la PNL ont pu remarquer chez les gens doués, une même attitude, une même conduite dans leur propre logique professionnelle. Depuis la PNL a évolué, et beaucoup, qu’ils soient ouvriers, médecins, sportifs s’adresse à elle, dans un but professionnel ou plus personnel.

La PNL en trois mots :

  • Programmation: toute notre vie nous mettons en place notre façon de penser, de ressentir et de nous conduire
  • Neuro: suite à la programmation que votre activité neurologique permet, votre cerveau emmagasine, enregistre et organise toutes vos perceptions, ce qui permet de donner du sens à vos expériences.
  • Linguistique: le langage, dans sa structure simplifiée, donne les informations sur la façon dont vous percevez le monde et de donner sens à votre propre expérience.

Quelques présupposés de la PNL

Les présupposés sont les théories de base de la PNL, qui se distinguent en plusieurs notions :

1. La carte n’est pas le territoire

Ce présupposé note que la perception du monde que vous avez est personnelle et n’est pas une vérité universelle. Elle ne reflète que votre réalité.

2. Nous sommes obligés de communiquer

De façon orale, comportementale ou physiologique, tout est discours.

La seule parole ne donnant qu’une infime part à la communication, les spécialistes seront très sensibles à vos attitudes et à vos expressions corporelles, telles que la rougeur de votre visage.

Même lorsque vous êtes seul, vous communiquez : par votre démarche, votre attitude …

3. Le cerveau humain a pour habitude de généraliser

La complexité de l’être humain ne saurait s’appuyer sur des généralisations. Les croyances faussent votre perception que vous avez des autres et de vous même. Avoir 10 fois la même réponse à une expérience, n’inclut pas que la onzième ne soit pas différente. L’espoir se construit avec cela et se concrétise avec cela.

Dans la vie quotidienne, la principale conséquence de cette généralisation est le racisme.

4. Il n’y a pas d’échec, seulement du Feedback

L’échec n’est à retenir que pour de nouvelles perspectives d’approches de la réussite. Cette dernière est enthousiasmante, enivrante, d’autant plus que lorsqu’elle a été précédée de difficultés et d’échecs.

Je crois que la meilleure illustration de ce présupposé nous vient de Thomas Edison, l’inventeur de l’ampoule électrique :

Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas.
Thomas Edison – Réussite

5. On fait toujours le meilleur choix possible

Quel que soit le choix que vous prenez, ce sera toujours le meilleur d’après vos informations actuelles.

Mettez-vous en situation : vous êtes en voiture, et en retard à un rendez-vous capital pour votre carrière. Vous roulez même au-delà des limitations de vitesse, car vous devez être là à l’heure.

Et devant vous, un escargot. Ou plutôt, vous avez l’impression que c’est un escargot. Et vous avez peut-être tendance à le coller : il faut dire que vous devez arriver à l’heure à tout prix.
Eh bien, vous avez entièrement raison de vous dépêcher comme ça. Vous avez même raison de traiter l’autre d’escargot, car vous prenez la meilleure décision suivant les informations que vous avez actuellement : celle de vous dépêcher.

Passons dans l’autre voiture, c’est un jeune conducteur qui n’est pas encore très à l’aise au volant … Il ne va pas très vite, et il a envie d’insulter le conducteur de derrière qui roule trop vite et le colle …
Il ne se démonte pas, et ralentit encore plus pour forcer l’autre à se calmer.

Lui aussi a entièrement raison. S’il connaissait l’importance du rendez-vous de l’autre conducteur, sa réaction n’aurait pas été la même. Il aurait compris, et se serait arrangé pour que le conducteur de derrière passe.

Vous ne vous êtes jamais retrouvé dans cette situation ?

Quoi qu’il en soit, les deux ont raison.

6. Si une stratégie ne fonctionne pas, essayez en une autre

Que ce soit en communication ou dans votre quête du succès, faites évoluer votre stratégie. Sans pour autant en changer toutes les deux minutes, c’est un équilibre fin à trouver.

Mais surtout, ne faites pas comme la mouche, qui coincé derrière une vitre va essayer de passer toujours au même endroit. Quitte à se cogner plusieurs dizaines de fois dessus.

Alors qu’elle aurait pu passer en se décalant sur la droite …

7. Celui qui s’adapte domine

L’évolution l’a montré : l’espèce qui dure le plus longtemps est une espèce qui évolue, qui est capable de s’adapter à n’importe quelle condition climatique.

Les dinosaures ont disparu à la fin du Crétacé supérieur, suite à différents cataclysmes majeurs (une hypothèse est celle d’une éruption volcanique intense, et d’une météorite).Ce n’est pas la seule espèce qui a disparu, il y a eu un immense changement dans la biosphère. Mais, de nos jours, il reste encore des survivants : les cafards.

Malgré leur apparence plutôt répugnante, ils sont plutôt de 4 000 espèces différentes à s’adapter dans quasiment toutes les conditions extrêmes. Trop chaud ? Ils creusent jusqu’à trouver de l’humidité … Ils survivent aussi à des doses de radiation pourtant mortelles sur un homme et peuvent passer jusqu’à un mois sans boire ni manger ….

Leur capacité d’adaptation est incroyable. Les Hommes sont aussi capables d’adaptation, quand on voit que certains ont réussi à survivre dans des camps de concentration sans devenir fous …

Bref, l’adaptation sans aucun doute la donnée la plus importante, que ce soit pour atteindre le succès ou pour mener une bonne interaction.

8. Chacun possède en lui toutes les ressources nécessaires

Qui de vous, n’a pas été surpris de savoir se servir d’un moyen, pour répondre à une urgence, alors que vous pensiez en être incapable ?

C’est souvent dans les moments de stress (bien dosé) que l’on est capable de choses incroyables. Regardez les personnes qui ont réussi, quel que soit leur domaine elles n’avaient pas toujours eu de prédisposition.

Napoléon Bonaparte, avant de devenir empereur était un enfant corse, petit et chétif. Pas vraiment l’étoffe d’un dictateur, non ?
Steve Jobs a trouvé les ressources nécessaires en lui pour changer plusieurs faces du monde, alors qu’il travaillait encore dans le garage de son père avec Steve Wozniak …

Et avant ça, il était meilleur en blague qu’à l’école.

Impact de ces présupposés sur votre vie

La PNL se base sur des connaissances, une procédure. Elle n’est ni philosophique, ni idéologique.

Son postulat est que chaque humain à la même construction neuronale et doit pouvoir atteindre l’excellence.

La mauvaise connexion n’est pas physiologique, altérée par notre environnement social, psychologique et relationnel, qui se différencie selon les individus.

Pensez à ces différentes hypothèses, certains sont des pièges que votre cerveau peut vous tendre, alors prenez le temps de les dévier.